Pol de profil (gros plan).jpg

Philippe ROUSSEAUX 
Alias "Pol Bouchard"

Clown, comédien, bibliste

"Tout ce qui n'est pas offert est perdu"

 Portrait 

Philippe Rousseaux est formé en théâtre depuis 1988 et en clown depuis 1991 par d'anciens professeurs et élèves de l'Ecole Internationale Jacques Lecoq et de l'Ecole Marcel Marceau, ainsi que par Mario Gonzalez (issu de chez Ariane Mnouchkine) et enfin par le Bataclown

 

Il devient alors, grâce à son art, plus vivant, plus vibrant, plus en relation avec le monde et avec les personnes qu'il rencontre. Mais une toute autre rencontre le bouleverse et oriente définitivement sa vie. Celle du Dieu de Jésus-Christ (en 1994, à l'âge de 33 ans !).

 

Dès lors, il sent qu'il ne peut pas garder cet immense cadeau pour lui.Il consacrera donc sa nouvelle vie à témoigner de sa foi et à transmettre son art dont le sens devient soudain évident à ses yeux.


Directeur artistique et formateur de la Compagnie Nez à Nez dont les "stages clown" ont de plus en plus de succès, il fonde en 2006, avec quelques chrétiens engagés dans le Diocèse des Vosges, l'association Clown par Foi au sein de laquelle il propose des sessions d'une durée moyenne de 5 jours autour du dialogue entre la pratique du clown contemporain et l'expérience chrétienne. La réponse du "public" est fulgurante : alors qu'une seule session est proposée la première année, il est nécessaire d'en prévoir trois la deuxième année, sept la troisième année, une douzaine au moins depuis la troisième année...

 

De nombreux Centres spirituels ou diocésains, des festivals chrétiens, des mouvements d’Église lui demandent d'intervenir et de proposer des sessions. L'aventure est très belle et ne fait que commencer...

Philippe propose des stages gratuits

RCF_Radio_logo_2015.png
RCF Radio 

Le rire comme chemin de vie spirituelle

Interviews

KTO_logo_2008.png
KTO TV 

Dino et Philippe Rousseaux
Vosges TV.png
Reportage 

Dans la peau du clown

Radio

Le clown (un maître spirituel) RTS 1.png

TV

Autres interviews 

  • L'hebdomadaire La Vie, 3 août 2017, p. 56 à 61.

  • Le Magazine protestant Le Messager, mai-juin 2017, p. 56 à 61.

  • Le journal du spectacle vivant, janvier 2015, p. 10.

  • La revue Partage Présence, septembre-novembre 2014, p. 4-5.

  • Le quotidien La Croix, daté du 28 août 2014, p. 18.

  • Le Magazine protestant Le Messager, juillet-août 2014, p. 12.

  • Le Hors-Série de la revue Prier, La prière des heures, n°95 mars 2012, p. 26 à 27.

  • L'Est Magazine, (supplément de l'Est Républicain - Vosges Matin) n° 672 du 1er avril 2012, p. 5.

  • Le mensuel Carrefours d'Alsace, n° 985 de décembre 2011, p. 24.

  • L'hebdomadaire La Vie, du 8 décembre 2011, p. 40 à 41.

  • L'hebdomadaire La Vie, du 29 septembre 2011, p. 5 et 19

  • L'hebdomadaire La Croix du Nord, n° 2229 du 7 au 13 octobre 2011, p. 1 et 28.

  • Le mensuel Prier, l'aventure spirituelle, n°334 septembre 2011, p. 26 à 27.

  • L'hebdomadaire La Vie, 3 mars 2011, p. 43 à 49 (cahier central "Les Essentiels de La Vie").

  • Le mensuel Croire Aujourd'hui, été 2010, p. 6 à 9.

  • Le quotidien La Croix, daté du 1er septembre 2009, p. 18.

  • Le mensuel Panorama, avril 2009, pp. 46 à 52.

  • L'hebdomadaire Le Pèlerin, 14 décembre 2006, p. 6.

  • Le mensuel Panorama, décembre 2006, p. 58.

  • L'hebdomadaire La Vie, 10 août 2006, p. 13.

  • Le mensuel Feu et Lumière, juillet-août 2006, pp. 66 à 68.

  • Le mensuel Vermeil, mai 2006, p. 19.

  • Le quotidien La Croix, daté du 14 juin 2006, p. 21.

 Publications 

Articles 

Livres

Le théatre Philippe Rousseaux.jpg
Théatre Philippe Rousseaux_edited.jpg

Bibliographies

Clown Philippe Rousseaux rien a faire.jp
Clown Philippe Rousseaux.jpg

 Citations 

Clown et foi stages théatre psaumes Philippe Rousseaux.jpg
  • Nous parlons de Dieu, quoi d'étonnant que tu ne comprennes pas. Car si tu comprends, ce n'est pas Dieu ! (Saint Augustin

  • La prière, c'est la clé du matin et le verrou du soir. (Gandhi)

  • Le monde entier est un théâtre, et tous, hommes et femmes, n'en sont que les acteurs. Et notre vie durant nous jouons plusieurs rôles.(William Shakespeare)

  • Rien de plus futile, de plus faux, de plus vain, rien de plus nécessaire que le théâtre. (Louis Jouvet)

  • Une pièce de théâtre doit être le lieu où le monde visible et le monde invisible se touchent et se heurtent.(Arthur Adamov)

  • Une pièce de théâtre, c'est quelqu'un. C'est une voix qui parle, c'est un esprit qui éclaire, c'est une conscience qui avertit. (Victor Hugo)

  • Nous aimons tous la douleur, la violence, le sang, la mort au théâtre ; les Grecs aiment le sacrifice, l'égorgement. Ils ont compris que les choses, la violence, doivent s'exprimer d'une manière ou d'une autre et qu'il vaut mieux les exprimer sur une scène que dans la réalité. (Ariane Mnouchkine)

  •  Ne pas se rendre au théâtre, c'est comme faire sa toilette sans miroir.(Arthur Schopenhauer)

  • Je ferai le clown de mon mieux. Et peut-être ainsi je parviendrai à faire l'homme , au nom de tous. (Michel Quint)

  • Il faut beaucoup de temps pour devenir jeune. (Picasso)

  • Il faut avoir encore du chaos en soi pour enfanter une étoile qui danse.(Nietzsche)

  • La vie et la mort
    Il y a des gens qui prétendent qu'il n'y a pas de vie après la mort, dit un disciple
    - C'est vrai? demande le Maître, évasif.
    - Ne serait-il pas affreux de mourir et de ne plus jamais voir, ni entendre, ni aimer, ni bouger ?
    - Vous trouvez cela affreux ? Mais c'est précisément cela que la plupart des gens font avant de mourir. 
    (Anthony de Mello)

Clown et foi théologie psaumes Philippe Rousseaux.gif
  • Le clown et le théologien
     

La situation du théologien moderne [...] ressemble à celle du clown criant « au feu ! »
 

L'histoire se passe au Danemark ; le feu s'était brusquement déclaré dans un cirque ambulant. Aussitôt le directeur envoya le clown, déjà costumé pour le spectacle, au village voisin, où le feu menaçait de se communiquer également à travers les chaumes.
Le clown se rendit en hâte au village pour appeler les gens au secours du cirque en détresse. Mais les villageois, accourus aux cris du clown, crurent à un stratagème habile pour les attirer au spectacle et se mirent à l'applaudir en riant jusqu'aux larmes.

Le clown avait plutôt envie de pleurer. Il s'efforça en vain de les conjurer et de leur démontrer qu'il ne s'agissait pas d'une plaisanterie, mais que le cirque était bel et bien la proie des flammes.Plus il insistait, plus on riait, plus on trouvait son jeu excellent. Quand finalement le feu eut gagné le village, il était trop tard pour intervenir. Tous deux, cirque et village, furent pareillement ravagés.

 

Cox se sert de cet apologue pour illustrer la situation du théologien moderne ; le clown, impuissant à se faire comprendre, en serait le symbole. Affublé de ses habits du Moyen Âge ou de toute autre époque écoulée, il n'est pas pris au sérieux.

 

Quoi qu'il dise, son rôle le classe et le catalogue immédiatement. Quelque air qu'il prenne ou quelque effort qu'il fasse pour exposer le sérieux de la situation, il sera toujours regardé comme un clown.

D'avance on connaît son boniment et l'on sait qu'il donne une représentation sans rapport avec le réel. Aussi peut-on l'écouter tranquillement, sans se laisser troubler par ses propos. C'est là une image assez fidèle de la triste réalité dans laquelle se trouve aujourd'hui le théologien qui veut enseigner.

 

(Joseph Ratzinger, Foi chrétienne d'hier et daujourd'hui, 1969 : première page du livre !)